Shisásáy
- français - - deutsch - - english -

Page d'accueil
Nouvelles
L'association
Projets patronnes
FBLC
Constructions et aménagements
KBNPS
OVC
SVTC
Partenaires
Cameroun
Votre contribution
Contact

Centre de formation professionnelle sociale (SVTC) à Shuf-Meluf/ Kumbo

Directrice:

Theresia Herbe Ngocan

Chargé de cours:

Afoni-Afoni Kuiyen

Section coudre :

Marceline Kinyuy

Section menusier:

Clestins Tombir

Chargé de publicité:

Christopher Shey

Employé:

Oliver Lukong

Contact:

svtcenter@yahoo.com



Professeurs et élèves de SVTC en mai 2007

Le centre d´enseignement professionnel été fondé en 2007 pour donner les jeunes une chance d´un formation continue dans le village Meluf (environ 4000 habitants). À la champagne la plupart des gens sont fermiers sans un salaire supplémentaire. Pour cette raison plusieurs familles n´ont pas d´argent pour permettre une deuxième formation à leurs enfant, parce que ces écoles appliquent des frais de scolarité. Les enfants n’ont aucun choix après l´école maternelle : ils doivent aider leurs parents. Avec cinq enfants en moyen et plus les produits de ferme ne suffirent pas pour alimenter toute la famille. Les jeunes arrivent dans un tourbillon de pauvreté. Notre centre de formation professionnel voudrait combattre ce circuit. Avec l´aide de "British High Comission" nous avons construire un bâtiment scolaire.
Le chef de la tribu, le Fon de Nso, a donné une pièce de terre. Jusqu´à aujourd´hui l´école compte 40 élèves et trois professeurs. Quelques élèves ne doivent pas payer les frais scolaires si la situation familiale ne permet pas un payement ou ils paient seulement un taux plus bas. Pendant notre visite en mai 2007 les professeurs se complaindre parce que le nombre des élèves augmente mais le matériel de travail sont insuffisamment. Deux de quatre couseuses et une de deux métiers à tisser sont cassées. La section de menuisier a rien sauf deux scies, un marteau, clous, et un mètre pliant. On n´a pas un rabot, un pélican ou autres outillages plus précises. Après la consultation de Cherie Mennel, volontaire de "Peace Corps", la réparation des couseuses et métiers à tisser étaient payé par dons pour effectuer l´enseignement. Deux couseuses pour dix filles ne posent pas vraiment une bonne condition d'apprentissage. Les professeurs étaient vachement reconnaissantes et la scolarisation été augmenté l´année prochaine, 2007/2008.


La réparation des couseuses en juin 2007

Filles devant la tricoteuse

Outillage